La grande adventure

07.13.10 | 4 Comments

En Juin dernier, après le mariage du frère de Justin, on a pris une semaine de vacances pour faire la route entre Salt Lake City (Utah) et Spokane (Washington) pour visiter les Parcs Nationaux sur le chemin. Le mariage avait été émouvant et nous étions également épuisés par le travail à l’époque, donc prendre ces jours de repos était vraiment un coup de génie. On a pu vraiment se resourcer.

Je ne sais pas où on était, peut-être sur la route vers le Parc National Grand Teton, ou quelque part sur la US-287 entre Yellowstone et le Parc National Glacier, mais on a commencé à se demander à voix haute… et si on pouvait faire ça plus longtemps? “Ça” étant un mélange entre voir défiler le paysage, voyager, être loin, avoir du temps et stimuler les sens avec des nouveaux environnements.

Ce n’était pas la première fois que nous avions parlé de la possibilité de voyager à plus long terme, mais c’etait le debut de queqlue chose de beaucoup plus sérieux. Après de nombreuses conversations (et des calculs sur un bout d’envelope), on a convenu qu’on se donnerait un an. Le temps d’économiser, le temps de planifier, et le temps de penser a tous les details.

Maintenant, on est ici. Un an plus tard. Et on est prêt.

Le (ou autour du) 7 Septembre, Justin et moi allons monter à bord d’un navire porte-conteneurs, le Cap Cleveland, à Philadelphie (Pennsylvanie) à destination de Auckland, Nouvelle-Zélande. On s’arrêtera aux ports de Savannah (Géorgie) et de Cartagena (Colombie), avant de traverser le canal de Panama.
En tout, nous serons sur le bateau pendant 28 jours — la plus longue période en mer étant de 18 jours entre le Panama et la Nouvelle-Zélande.


(Cap Cleveland photo © Knut Helge Schistad)

Le voyage est certes une aventure en soi, mais ce n’est que le début d’un plus grand voyage autour du monde. On n’a pas de plan après notre débarquement à Auckland, sinon d’explorer les deux iles et peut-être visiter certains fromagers. Après la Nouvelle-Zélande, il y a plusieurs autres pays qui piquent notre curiosité, dont l’Australie, le Cambodge, le Népal, le Kenya, et la Turquie, mais nous n’avons pas l’ombre d’un itinéraire. Juste un désir brulant de découvrir où la route du monde nous mènera.

Qui sait, on peut aller quelque part, tomber amoureux de l’endroit, et ne jamais partir. Ou bien on pourrait se lasser de la vie sur la route et rentrer aux États-Unis après deux mois. C’est ça le plus beau. On est complètement ouvert à toutes les possibilités. Et on est prêt.

«
»

4 Comments

Leave a comment

:

: